Friches

De manière générale, la restructuration de friches, le plus souvent urbaines ou industrielles, constitue un enjeu important pour la région Bretagne, en ce sens qu’elle peut représenter de réelles opportunités dedéveloppement pour les collectivités locales, de même qu’elle participe du changement d’image de certains territoires en crise. L’EPF Bretagne peut ainsi être amené à intervenir sur la problématique des friches et des espaces délaissés.



Qu’appelle-t-on une friche ?


Une friche est un site qui n’est pas pleinement occupé (partiellement ou totalement sans activité). Ce type de sites’inscrit « hors marchés privés », c’est-à-dire qu’aucun investisseur ou exploitant privé ne peut intervenir dessus en l’État. Le site est donc amené à faire l’objet d’un abandon, à moins qu’une instance publique intervienne dans lebut de permettre une remise du bien sur le marché.



Une friche peut être isolée ou inscrite au sein d’une zone d’activités économiques, et ce dans tous types de secteurs ou de tissus, quelle que soit sa taille.



Une ingénierie préalable à mobiliser


La thématique de restructuration des friches nécessiteune ingénierie adaptée : elle mobilise en amont un important travail d’études. L’EPF Bretagne peut ainsi accompagner les collectivités sur deux aspects qui semblent indispensables préalablement à toute action de portage.



L’accompagnement pour une ingénierie d’anticipation


Il s’agit de favoriser le recours à un travail de repérage et de définition d’une stratégie à une échelle adaptée dépassant le plus souvent l’échelon communal.



L’objectif de la démarche est de permettre aux collectivités d’anticiper la libération d’un site et le traitement de son état de friche. En lien avec les partenaires, l’EPF Bretagne peut proposer une méthodologie de recensement des friches et de hiérarchisation par les collectivités des actions à mener sur celles-ci. Ce recensement concerne les friches existantes, mais inclut aussi les friches potentielles ou en devenir.



Ce travail est à mener selon une méthodologie adaptée, et à définir en partenariat avec les instances telles que la chambre de commerce et d’industrie (CCI), l’Agence de l’environnement et de la maîtrisede l’énergie (Ademe), etc.



La potentielle utilisation future d’une friche


Sur le périmètre de la friche à proprement parler, il paraît indispensable d’examiner au cas par cas et de manière itérative sa potentielle utilisation. En effet, les risques peuvent s’avérer très importants (risques technologiques et sanitaires, complexité programmatique en raison d’un changementde destination du bâti, menant notamment la démarche de requalification de la friche sur desdélais relativement longs, risques financiers…).



L’EPF peut décliner une méthode d’analyse de site en friche. Quatre grandes étapes ont d’ores et déjà été identifiées comme indispensables pour permettre de sécuriser au maximum l’intervention publique éventuelle.



Les critères d’interventionen portage sur les friches 


Avant toute intervention de l’EPF Bretagne sur une friche, la collectivité qui le sollicite doit s’assurer de la bonne mise en œuvre de la démarche déclinée ci-avant afin de sécuriser au maximum une intervention publique éventuelle et le portage du bien par l’Établissement public foncier. Ce dernier peut donc intervenir en portage sur la problématique desfriches sur la base des éléments suivants :


Avoir la garantie que le propriétaire du bien a cherché à commercialiser et à sortir son biende la friche.


Recourir à une démarche approfondie d’analyse et de reconversion du site associant l’EPF Bretagne afin de mesurer les risques et les avantages d’une intervention publique. À cette étape, l’Établissement public foncier pourra apporter un appui technique.


Bénéficier des éléments permettant d’affirmer que l’ensemble des sorties de portage ont bienété examinées et que celle retenue entre dans les critères d’intervention thématiques de l’EPF.


Avoir la garantie que la collectivité anticipe unedémarche de commercialisation afin de faciliterla bonne fin de l’opération et la sortie de portage. Cette garantie pourra se traduire par la budgétisation d’un poste commercialisation dès l’amont de la sollicitation.


 


Quatre grandes étapes d’analyse d’un site en friche



LA RECHERCHE DE PROSPECTS


La collectivité doit, dans un premier temps, s’assurer que le propriétaire a mené un travail de recherche préalable de prospects (volonté de commercialisation, contacts avec agences, partenaires économiques, notaires, visibilité de l’annonce, etc.).



L’ANALYSE DU SITE


En cas d’absence de prospects, la collectivité et ses partenaires peuvent alors avoir recours à une analyse plus fine à l’échelle du site, à partir d’une grille de lecture qui est à construire afin d’analyser les risques et les retombées escomptées. Cette grille aborde les aspects techniques du site, l’offre et le besoin en matière de foncier et d’immobilier économique sur le territoire, les potentialités de transformation du site, etc. Au cours de cette étude, l’EPF Bretagne peut intervenir comme un accompagnateur technique auprès des collectivités qui ledemandent, en lien avec les autres partenaires convoqués par celle-ci.


Cette grille de lecture doit analyser l’ensemble des potentialités du site. Elle interroge en premier lieu le possible maintien d’une vocation économique et d’activité sur le site, puis la vocation résidentielle, et enfin, dans la mesure où ces pistes ne paraissent pas réalistes, elle questionne la destination du site pour de l’équipement, de l’activité de loisir, etc.



L’INTERVENTION PUBLIQUE


Ces analyses permettront à la collectivité de mesurer les avantages et les risques d’une intervention publique totale ou partiellesur le site, et de la pertinence du recours à l’EPF Bretagne comme porteur du bien.



LA SORTIE OPÉRATIONNELLE DU PROJET


Une démarche de commercialisation permettant de faciliter la sortie opérationnelle du projet devra être anticipée. 

Publication à la une

L'Établissement public foncier de Bretagne (EPFB) publie son rapport d'activité 2017 !